Communiqué - Répression policière contre la marche de nuit des femmes du 6 mars 2010

Publié le par L'Ebranleuse

NON AUX VIOLENCES POLICIERES CONTRE LA MARCHE DE NUIT DES FEMMES !

RASSEMBLEMENT 
MERCREDI 17 MARS À 17H30
DEVANT LA PRÉFECTURE, PLACE ST ETIENNE


LETTRE OUVERTE AU PREFET A PROPOS DES

VIOLENCES POLICIERES DU 6 MARS LORS DE LA MARCHE DE FEMMES

A l’appel d’un collectif d’associations féministes, d’organisations et d’individues, un cortège de 300 femmes de tout âge et de tout horizon s’est réuni samedi 6 mars, à 21h, place Arnaud Bernard (Toulouse) pour une marche. Cette marche de femmes était organisée à l’occasion de la journée internationale des luttes des femmes pour dénoncer les violences qu’elles vivent au quotidien et pour se réapproprier la rue la nuit.

Rapidement, la marche a été interrompue par la police interpellant violemment une manifestante en la plaquant au sol, la tête maintenue par le genou d’un policier, pendant  qu’un autre la menottait, tout cela pour avoir taggé un slogan féministe. Les autres manifestantes révoltées par cette brutalité se sont rapprochées pour dialoguer avec la police et négocier pour qu’ils la relâchent. Leur réponse a été des coups de matraque d’une extrême violence, blessant nombre d’entre elles. Suite à cela, certaines ont dû partir aux urgences, le cortège a pris le chemin du Commissariat pour soutenir la jeune femme interpellée jusqu’à sa libération. Celle-ci a reçu de nombreuses insultes sexistes et humiliantes de la part des policiers. Il est important de souligner qu’au cours du trajet, deux hommes ont violemment agressé des manifestantes sans être, à aucun moment, inquiétés par la police.

Nous avons aujourd’hui l’intention de porter plainte contre ces violences policières.

Nous rappelons que le 15 novembre 2009, à l’occasion d’un rassemblement féministe pour la défense du droit à l’avortement, la police avait choisi de permettre aux anti-IVG de tenir leur prière collective devant la préfecture. Ce jour-là, les militant-e-s féministes avaient été, également, victimes de violences policières et d’une arrestation.

Nous dénonçons cette répression récurrente et nous exigeons un rendez-vous avec le Préfet de la Haute-Garonne pour obtenir des explications concrètes sur les violences qui ont été commises par les forces de l’ordre lors de la marche de nuit du 6 mars 2010. Nous réclamons qu’une enquête soit ouverte afin de connaître l’ensemble des responsables.

Nous donnons rendez-vous mercredi à toutes les personnes souhaitant nous soutenir dans notre démarche : mercredi 17 mars, à 17h30 devant la Préfecture, place St Etienne .

Nous réaffirmons que cette répression ne bâillonnera pas les féministes qui continueront à lutter pour l’émancipation des femmes.

RDV  MERCREDI 17 MARS À 17H30
DEVANT LA PRÉFECTURE, PLACE ST ETIENNE

Signé par : les Bagdam, des femmes du collectif Midi Pyrénées droit des femmes, Marche mondiale des femmes 31, Mauvais Genre, Griselidis, L’ébranleuse, Collectif femmes algériennes, DAL Toulouse, Mix-Cité 31, Réseau féministe « Ruptures 31 », Solidaires 31, AGET FSE, FSU 31, Sud étudiant-e-s 31, Alternative Libertaire, Europe Ecologie, NPA, et des individues…

Soutenues par : Collectif des Féministes Pour l'Egalité (CFPE), Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits
des Femmes, Collectif National pour les Droits des Femmes (CNDF), Collectif de Pratiques et Réflexion Féministes Ruptures, Coordination des Associations pour le Droit à l'Avortement et à la Contraception (CADAC), Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes  (CLEF), Le CRI, Emission "Femmes Libres" Radio Libertaire 89,4, Espace Simone de Beauvoir, Les Désobéissant-e-s, LESBrujas,
La Ligue des Femmes pour la PAIX (LIFPL France), Marche Mondiale des Femmes France, La Maison des Femmes de Montreuil, Mix-Cité Paris, MFPF 31,  Mouvement Jeunes Femmes, Osez le féminisme 31, Organisation de Femmes Egalité, PLURI-ELLES Algérie, Repaire de  Jubilation, Réseau Féministe "Ruptures", Vendredi 13, VigilancE Lgbti Aix (VELA), Zerose, Association d'Objecteurs de Croissance (AdOC), ATTAC Toulouse, Collectif des Faucheurs et Faucheuses Volontaires 31, Collectif Unitaire Anti-
Libéral Toulouse Centre (CUAL), Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE), La guerre tue, MRAP, Mouvement de la Paix 31, Les Alternatifs, Alternative Midi Pyrénées (AMP), Gauche Unitaire, Lutte Ouvrière 31, Parti Communiste Français, Parti de Gauche 31, Partit Occitan, Parti Pour La Décroissance (PPLD), Parti Socialiste, Les Verts Midi-Pyrénées.

Publié dans Copinage

Commenter cet article

lila cha 12/03/2010 12:00


Oui c'est consternant, le hasard a voulu que je sois aux premières loges, j'ai tout vu, une sacrée piqûre de rappel sur la violence de l'etat policier. C'est d'abord l'étonnement qui nous a
surprises, puis nous les avons implorés d'arrêter de lui faire mal, l'unique réponse de ces chiens enragés fût d'agiter leurs matraques, ridicule symbole du phallus qu'ils rêvent d'avoir. Juste à
côté des flics un civil nous insultait, nous poussait violemment, il a même sorti un couteau et menacé une manifestante, les flics l'ont vu, je témoigne, ils ne sont pas intervenus, trop occupés (à
4) à maintenir notre camarade.
Je rajoute que pendant l'arrestation de notre camarade, à ma question répétée "pourquoi cette violence?" un flic a fini par me répondre en me montrant le mur récemment tagué : "et ça qu'est-ce que
c'est?!"... Voilà. Depuis la nuit des temps les humains écrivent sur les murs, c'est même un peu ce qui fait qu'on est des humains, aujourd'hui c'est non seulement interdit par la loi, mais aussi
réprimé par la violence physique!
C'est sur des détails comme ça qu'on ne doit rien laisser passer. Si on accepte ça aujourd'hui, qu'est-ce qui sera toléré demain?
Même si ces sordides ropocops font froid dans le dos, moi je retiens aussi de cette manif avortée une grande énergie collective, hélas dans la colère et dans la rage, mais une belle énergie quand
même, les femmes en colère ça peut soulever des montagnes maintenant j'en suis sûre!
La lutte continue!
Feministement
Lila


Albin 10/03/2010 14:15


Accablant!! comment de tels actes puissent exister de nos jours! Honte sur cette etat policier! Au dire de France inter, une dame de cinquante ans a aussi eut droit a des brutalités de la part de
la police.
Le combat doit continuer.
Femmes, je vous aime.